Le tuteurage

Commentaires fermés
0
103

Le JARDIN, cadeau inestimable en ces temps d’isolement, cocon de verdure à la fois refuge de nos vagues à l’Âme et berceau de nos plaisirs les plus simples au plus exaltants, est en pleine régénérescence printanière.

La saison est idéale aux plantations à réaliser conformément aux règles de l’art afin de garantir la pérennité de votre aménagement.

Pour assurer une bonne reprise, les végétaux plantés doivent résister aux intempéries. Ceux-ci sont fréquemment soumis chez nous en Provence à ce vent dominant soufflant souvent en fortes rafales : le Mistral. Il est donc nécessaire d’utiliser des accessoires de plantation.

Le tuteurage permet la stabilisation de l’arbre jusqu’à ce que ses racines soient suffisamment ancrées et sert également de repère, d’obstacle contre les agressions (rotofil, débroussailleuse). Une certaine mobilité vis-à-vis du tuteur est nécessaire pour permettre un développement équilibré (houppier/tronc/racine). On maintient les tuteurs en place de 2 à 3 ans environ.

Il est préférable de choisir des tuteurs en bois peu putrescible (châtaigner, acacia), droits, écorcés, affûtés et parfois traités par imprégnation chimique ou passés en autoclave ou encore carbonisés à l’extrémité.

Il est à noter que le tuteur peut contribuer à l’esthétique de l’aménagement.

Ce tuteurage vertical est composé d’un ou plusieurs tuteurs en fonction de la force du sujet.

-         Tuteur unique : utilisé pour les Racines Nues, il est positionné sous le vent dominant et  enfoncé de 30 à 50 cm dans le sol non travaillé puis on pose un collier à 1/2 ou 1/3 de la hauteur du plant. Cette opération est à réaliser avec soin afin d’éviter les frottements.

-         Tuteurage bipode : il s’agit d’utiliser 2 tuteurs positionnés à 30 ou 50 cm du tronc et de  relier par un lien souple.

-         Tuteurage tripode ou quadripode : ces configurations sont recommandées pour les végétaux de gros calibres. Les 3 ou 4 tuteurs sont assemblés par des planchettes de bois afin de rigidifier la structure.

Les attaches ou colliers doivent être en matière souple (coussins en caoutchouc ou en plastique cellulaire), maintenir le tronc éloigné du tuteur sans zone de compression et laisser libre le végétal de suivre les mouvements du sol.

La pose se fait en 2 temps : fixation lors de la plantation, resserrage 15 jours plus tard lorsque la terre s’est suffisamment tassée. Ils doivent permettre la croissance normale du tronc sans étranglement. Il est donc nécessaire de les vérifier régulièrement.

Tuteurage tripode                                                                                                                                                                                                                                        Tuteurage simple

Tuteurage simpleP1110656

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lefildactuljdc
Charger d'autres écrits dans Parution mensuelle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

REQUALIFICATION D’UN PETIT JARDIN EN VILLAGE PROVENCAL : visite de suivi

L’arrivée du printemps et de ses promesses de renouveau nous amènent à revisiter et suivre…